Depuis de nombreuses années mon travail envisage la question de l’altération de la forme par le fond.
Entre présentation et représentation, mes dernières oeuvres confrontent le geste faisant du peintre - son insistance - et l’inscription formelle d’une figure, malgré tout. Tout ce qui pourrait faire que ça pourrait s’arrêter là - là, dans le champs abstrait - l’investigation de l’espace pictural.
La figure en plus - je ne parle pas de visage - c’est le risque que la confusion n’endommage la cohérence attendue, c’est aussi prendre le risque que ça gueule.